16: Romont à Moudon

Du canton de Fribourg au canton de Vaud

 

 

DIDIER HEUMANN, ANDREAS PAPASAVVAS

 

Si vous ne voulez que consulter les logements de l’étape, allez directement au bas de la page.

Aujourd’hui nous quittons le canton de Fribourg pour le canton de Vaud. C’et la première fois que nous allons entrer en contact avec le plateau suisse, qui est discret par rapport au pays. Il ne couvre que 30 % de la surface du pays, comprenant tout l’espace entre le Jura et les Alpes. Mais, il n’est formé que très partiellement de vraies plaines, étant le plus souvent fait de collines, variant entre 400 et 600 m d’altitude. C’est de loin la région la plus densément peuplée de Suisse, surtout en Suisse allemande. Les cités du plateau romand sont de petites cités.

Ici, nous arrivons dans un vrai plateau, le plateau où coule la Broye, et où les grandes cultures et les cultures maraîchères abondent. Plus de 85% du tabac produit en Suisse vient de cette région, même si les cultures sont en déclin.

Les dénivelés sont doux aujourd’hui (+117 mètres/-347 mètres). Les seuls dénivelés marqués sont en descente vers Curtilles. Le reste du programme, c’est de la promenade sur une étape très courte.

Les routes et les chemins sont équivalents:

Goudron: 7.4 km

Chemins: 7.8 km

Il est très difficile de spécifier avec certitude les pentes des itinéraires, quel que soit le système que vous utilisez. Les montres GPS, qui mesurent la pression barométrique ou l’altimétrie, ne sont guère plus convaincantes que les estimations basées sur des profils cartographiés. Il existe peu de sites sur Internet pouvant être utilisés pour estimer les pentes (trois au maximum). Étant donné que ces programmes sont basés sur une approximation et une moyenne autour du point souhaité, il peut y avoir de grandes variations d’un logiciel à l’autre, en raison de la variation entre deux points (par exemple une dépression suivie d’une bosse très proche). Un exemple? Sur le GR36, le long de la côte bretonne, l’altitude est rarement supérieure à 50 mètres au-dessus du niveau de la mer, mais l’itinéraire continue de monter et descendre toute la journée. Pour un parcours d’une vingtaine de kilomètres, un logiciel donnera 800 mètres d’altitude, un autre 300 mètres. Qui dit la vérité? Pour avoir fait le parcours plusieurs fois, les jambes disent que la différence d’altitude est plus proche de 800 mètres! Alors, comment procédons-nous? Nous pouvons compter sur le logiciel, mais nous devons être prudents, faire des moyennes, ignorer les pentes données, mais ne considérer que les altitudes. De là, ce n’est que des mathématiques élémentaires pour en déduire les pentes, en tenant compte de l’altitude et de la distance parcourue entre deux points dont l’altitude est connue. C’est cette façon de faire qui a été utilisée sur ce site. De plus, rétrospectivement, lorsque vous estimez l’itinéraire estimé sur la cartographie, vous remarquez que cette façon de faire est assez proche de la vérité du terrain. Lorsque vous marchez souvent, vous avez assez rapidement le degré d’inclinaison dans les yeux.

Voici un exemple de ce que vous trouverez. Il suffit de prendre en compte la couleur pour comprendre ce qu’elle signifie. Les couleurs claires (bleu et vert) indiquent des pentes modestes de moins de 10%. Les couleurs vives (rouge et brun foncé) présentent des pentes abruptes, le brun dépassant 15%. Les pentes les plus sévères, supérieures à 20-25%, très rarement plus, sont marquées de noir.

Nous avons divisé l’itinéraire en plusieurs sections, pour faciliter la visibilité. Pour chaque tronçon, les cartes donnent l’itinéraire, les pentes trouvées sur l’itinéraire et l’état du GR65. Les itinéraires ont été conçus sur la plateforme “Wikilocs”. Aujourd’hui, il n’est plus nécessaire d’avoir des cartes détaillées dans votre poche ou votre sac. Si vous avez un téléphone mobile ou une tablette, vous pouvez facilement suivre l’itinéraire en direct. Pour ce chemin, voici le lien:

https://fr.wikiloc.com/itineraires-randonnee/de-romont-a-moudon-pat-la-via-jacobi-4-67452703

Section 1: Au-dessus de Romont.

 

Aperçu général des difficultés du parcours: parcours sans difficulté.

Pour quitter Romont, on peut descendre la Grand Rue, continuer sur la Route de la Belle Croix. On peut aussi prendre la Via Jacobi 4, qui descend la Rue du Château, puis le Chemin de la Côte, et qui arrive au même carrefour, au fond de la Rue de la Belle Croix, au bas de la citadelle.
La rue est assez pentue sur les deux axes.
Près du carrefour, vous êtes sous la Tour à Boyer. Cette tour, bâtie au XIIIème siècle est munie d’un système défensif, qui en fait comme un petit château. Au XIXème siècle, elle fut acquise aux enchères par un certain Monsieur Boyer qui voulait en utiliser les pierres pour d’autres constructions. La ville racheta alors l’édifice avant que ce dernier ne puisse mettre ce projet à exécution, mais la Tour a gardé son nom. L’esplanade constitue un très joli terrain de jeu pour les enfants.
Au carrefour, la Via Jacobi suit sur le trottoir la Rue d’Arrufens, l’artère qui sort de la ville dans la plaine.
C’est déjà la banlieue et les grands immeubles. Ce jour là, il y avait des drapeaux nationaux sur les balcons. C’était la coupe du monde de football.
Une bande de goudron en guise de trottoir est dessinée au bord de la route, qui passe devant Bicubic, un centre culturel et sportif.
La Via Jacobi arrive alors à un grand carrefour à la sortie de la ville.
Ici passe la voie ferrée devant la grande usine TetraPak, une usine d’origine suédoise mais qui possède son siège en Suisse, spécialiste de l’emballage.

La Via Jacobi prend alors la direction de l’Oratoire de Notre Dame des Pauvres entre l’usine et la voie de chemin de fer.

Un chemin coupe l’usine, traverse les voies de l’usine et se rapproche d’un petit bois.
Dans le petit bois coule le Glaney, quasi à sec, aux pieds du petit oratoire, extrêmement kitch.
Un large chemin, le Chemin de la Maillarde, un peu pierreux, monte alors en pente assez soutenue dans les prés sur la colline. Les chênes sont nombreux ici.
Plus haut, le chemin passe dans un sous-bois de feuillus.
Un peu plus haut encore, le chemin atteint les premières maisons de Billens.

En vous retournant, vous pouvez jouir d’une vue globale de Romont et de sa colline.

La Via Jacobi rejoint alors la route à Billens.
Ici, c’est la pleine campagne, des prés et des vaches.
Puis, la route passe dans une zone plus résidentielle le long des haies pour arriver à un carrefour à l’entrée du village proprement dit, qui forme une commune avec Hennens, le village voisin. Mais la Via Jacobi ne va pas à Billens, où se trouve un grand hôpital régional.
De Billens à Hennens, la route traverse un pays essentiellement agricole et de grandes fermes dans les prés. Il n’y a pour ainsi dite pas de cultures, mais quelques arbres fruitiers ici et là.
Plus loin, la route arrive à l’entrée de Hennens.

Section 2: Du canton de Fribourg au canton de Vaud.

 

Aperçu général des difficultés du parcours:quelques pentes mais rien de très difficile.

La route traverse un petit village essentiellement agricole, avec des fermes dispersées.
La route commence à grimper un peu à la sortie du village. Le canton de Fribourg possède aussi parfois de magnifiques fermes en bois, datant de plusieurs siècles, souvent restaurées avec goût.
La route monte vers la chapelle Saint-Bernard de Montjoux, construite à la fin du XVIIème siècle et restaurée au XIXème siècle, inscrite comme bien culturel d’importance régionale. Nous sommes encore en pays catholique; quelques centaines de mètres plus loin, on arrivera dans le canton de Vaud, en pays protestant. Nous ne sommes pas montés de beaucoup. Nous sommes presque à la même hauteur que les hauts de la citadelle de Romont, à l’horizon.
La route monte toujours, en pente très légère dans les prés, avec un peu de maïs aussi. Ici, il n’y a plus aucune habitation, que la nature vierge.

Derrière soi, Romont disparaît définitivement dans le lointain.

Un peu plus haut, la Via Jacobi emprunte une plus petite route qui tourne avant d’aller se promener dans les prés.

Un chemin par alors à plat dans l’herbe jusqu’à une antenne de télévision.

Ici, nous sommes au point le plus élevé de l’étape. Nous ne sommes montés que de 100 mètres depuis le pied de Romont. Maintenant nous avons quitté le canton de Fribourg pour le canton de Vaud. Cette borne de granit plantée dans le champ, qui doit gêner le tracteur, est vraisemblablement l’ancienne frontière.
Depuis l’antenne, la route amorce une descente qui va durer jusqu’à atteindre la vallée de la Broye en dessous. La plupart du temps, la pente est très soutenue, parfois même à près de 15%. A l’horizon se détachent les Alpes fribourgeoises.
La route descend et atteint les premières maisons de Lovatens, au haut du village.
Puis, elle fait des zigzags au milieu des fermes du village. Dans toute cette région, les fermes n’ont plus le charme inouï des fermes de Suisse allemande. Mais à partir d’ici, vous verrez de moins en moins de fermes jusqu’à Genève.
Après un grand virage, la Via Jacobi atteint le centre du village.

On reste interrogatif sur l’origine et le rôle de ce menhir.

Lovatens est un village paisible. Ici, une buvette sert aussi de bibliothèque. C’est un village tourné vers l’agriculture, l’élevage et les arbres fruitiers, mais on voit aussi de plus en plus arriver les personnes travaillant dans les villes voisines.

Une route à forte pente descend du village vers le cimetière. Au fond, on aperçoit le bourg de Lucens. En Suisse, il est aisé de savoir si on traverse un pays catholique ou un pays protestant. Le plus souvent, chez les protestants, le cimetière est éloigné du temple. Lorsque les confessions sont mixtes, on s’arrange le plus souvent à ne faire qu’un seul cimetière. A Lovatens, le temple est dans le village, le cimetière perdu dans la nature, au fond du village. Nous sommes donc en pays protestant.
Depuis le cimetière, une petite route descend vers le sous-bois, puis coupe à angle droit.
Plus bas elle longe la forêt très fournie en épicéas, avec de plus rares feuillus.
En dessous, dans la plaine, Lucens et son château grossissent à vue d’œil.
La route va finir par pénétrer dans le bois

Section 3: Le long de la Broye.

 

Aperçu général des difficultés du parcours: parcours sans difficulté.

La route pénètre alors dans le sous-bois, et la pente se fait de plus en plus rude, avec une inclinaison de près de 20%. D’ailleurs, le béton remplace le goudron. Dans le vallon gronde le ruisseau des Vaux.
Plus bas, le chemin bétonné rejoint la route qui va de Romont à Moudon.
La Via Jacobi descend sur la route et traverse le ruisseau des Vaux perdu dans les broussailles.
Nous arrivons à Curtilles.
Ici, on trouve à se restaurer. On peut gagner Lucens à 15 minutes, mais la Via Jacobi n’y va pas. Cependant, c’est ici que la variante de Bâle au Jura qui passe à Payerne rejoint la Via Jacobi 4. Dans le canton de Vaud, les clochetons ne sont pas pour les églises, mais pour les bâtiments administratifs ou les écoles. Nous sommes en pays protestant.
Une route s‘en va alors en pleine campagne, entre prés, tabac, maïs et céréales.
De l’autre côté de la vallée se profile le château de Lucens.
Plus loin, la route transite le long des maisons et des fermes isolées du hameau de Prévondens. Cette région de la Broye est une des grandes régions de cultures de Suisse. Cela change un peu des grands pâturages de la Suisse allemande que nous avons traversés.

La route transite longtemps dans les lotissements alignés des cultures.
Dans cette région, ce ne sont pas toujours de grandes fermes mais souvent des maisons qui ont un petit air bourgeois. Elles sont rares au bord de la route, mais nombreuses, au-dessus du chemin, un peu sur les hauteurs.
Puis la route se rapproche d’un sous-bois où coule un petit ruisseau et traverse les cultures de la plaine en se dirigeant vers la rivière de la Broye.
La Via Jacobi tourne alors à gauche et s’engage dans un large chemin de terre le long de la rivière. Ici, nous sommes à 45 minutes de Moudon.
Le chemin va remonter la Broye sur des kilomètres, sous les bouleaux, les frênes, les chênes et les peupliers. Juste à côté passent la route de Lausanne-Berne et la voie ferrée.

Section 4: Encore et toujours le long de la Broye.

 

Aperçu général des difficultés du parcours: parcours sans aucune difficulté.

Un peu plus loin, un pont permet de traverser la rivière vers un autre chemin de randonnée, mais la Via Jacobi reste sur le même côté de la rivière.
Sur le chemin vous allez croiser sans doute de nombreux cyclistes. Il y a raison à cela, c’est plat.
Le chemin se rapproche de la zone industrielle de Moudon et transite vers une aire de pique-nique, au Plan, au bord d’un petit étang.
On se rapproche encore plus de Moudon, et l’herbe remplace la terre battue, sous les peupliers. De l’autre côté de la Broye s’étend la zone industrielle.
A l’entrée de Moudon, la Via Jacobi traverse la Broye, près d’une fromagerie taillée en partie dans le roc.
La route se dirige alors vers la gare.
Moudon, d’origine celtique, a aussi connu une période romaine florissante. Aujourd’hui, le bourg comprend 6’000 habitants. La Via Jacobi remonte vers le centre ville le long de la Broye. Sur la droite se dresse l’église St Etienne, la “cathédrale de la Broye”, une vieille église catholique détruite par les protestants et restaurée au cours des siècles. Elle est pourvue du plus ancien orgue jouable du Canton de Vaud.
Depuis le centre-ville sans grand intérêt architectural, la Via Jacobi emprunte la rue raide qui monte vers le château.
Le sommet de la colline était autrefois une importante forteresse qui fut démolie au cours des âges. Il n’en reste pas grand chose d’intact, si ce n’est la majestueuse tour et quelques remparts. Les deux “faux châteaux” ont été remaniés au cours des siècles à partir de la place forte d’origine. Au sommet de la colline se dressent ainsi, le Château de Carrouge et le Château de Rochefort, qui lui abrite un musée des beaux-arts régional.

Logements sur la Via Jacobi

Billens
Accueil jacquaire Voir site officiel de la via Jacobi
Chambre d’hôte, repas, petit déj. Marie-Thérèse Sugnaux, Route d’Hennens 25, Billens 026 652 28 74/079 577 13 89
Curtilles
Camping, paille, cuisine Manège Les Poneys de la Broye, Rte de Prévondens 14, Curtilles 079 219 33 46
Chambre d’hôte, repas, petit déj. Marianne  Luder, Prévondens 29, Curtilles 021 906 87 74/077 402 01 56
Moudon
Caserne, dortoir Moudon 079 175 97 38
Chambre d’hôte, repas, petit déj. Anne et Michel Thorens, Les Combremonts 24, Moudon 021 905 54 20/078 886 83 07
Chambre d’hôte, repas, petit déj. Anne et André Mayor, Le  Plan 2, Moudon 021 905 24 06/078 832 30 59
Chambre d’hôte, petit déj. Michèle Cheseaux, Ch. de Valcrêt 5, Moudon 079 418 86 47
Hôtel*, repas, petit déj. Hôtel de la Gare, Moudon 021 905 45 88
Hôtel*, repas, petit déj. Hôtel du Chemin de fer, Moudon 021 905 70 91
Hôtel**, repas, petit déj. Hôtel Lisboa, Route du Relais 5, Moudon 021 905 13 13

Pour les logements, les renseignements sont juste indicatifs. Les données du livre ne sont pas réajustées chaque année. Dès lors, les prix ou les numéros de téléphone peuvent changer. D’ailleurs une telle liste ne peut être exhaustive. Chaque année, certains établissements ferment, d’autres ouvrent. Si vous cherchez un logement via AirB&B, consultez Internet, AirB&B ne communiquant pas les adresses des logeurs. Dans les gîtes, parfois le petit déjeuner est servi. Dans les accueils jacquaires, les prix sont laissés à la liberté du pèlerin. Certains accueils jacquaires proposent aussi le repas et le petit déjeuner. Les législations ne permettent pas de donner les coordonnées de ce type de logement. Consultez les sites officiels agréés pour ces adresses. En Suisse allemande, de nombreuses chambres d’hôte vous reçoivent sur la paille, où dormir dans ces conditions est très recherché. De toute manière, il est très recommandé de réserver à l’avance, pour savoir si dans tous ces établissements, chambres ou hôtels, vous pouvez avoir le repas.

La liste ne dresse que les logements sur le chemin ou à proximité (moins de 1 km du chemin). Pour ce type de logement, consultez aussi les sites officiels du chemin. En Suisse, renseignez-vous auprès de “ Les Amis du Chemin de Composelle“ (https://www.viajacobi4.ch/Gites/).